Close

L’armée de Weygand, la chance de la France en 40-42

28.00

Catégorie : Product ID: 1642

Description

Les événements qui se sont succédés en Afrique du Nord de 1940 à 1944 ont fait l’objet d’une abondante littérature car bien des personnalités qui y furent mêlées ont narré l’enchaînement politique des faits, mais ils ont bien souvent donné à leurs récits la forme d’un plaidoyer ! Après une victoire il y a toujours bousculade au portillon de la gloire ! Ce livre est d’une autre nature : il montre, présenté en un style, rapide toute
une galerie de tableaux qui donnent, au niveau des exécutants, une vue kaléidoscopique et véridique des circonstances qui décidèrent du « tournant de la Deuxième Guerre Mondiale » et mirent les Alliés sur le « plan incliné de la Victoire ».
Il montre comment l’Armée d’Afrique, qui était demeurée impuissante en 1940 fut reconstituée par Weygand et Juin, prépara patiemment sa revanche. En attendant d’avoir le matériel qui lui permettrait de rentrer dans la lutte, elle mena contre l’Axe le jeu subtil et dangereux que les Prussiens avaient conduit contre Napoléon après 1807.
Ces pages sont écrites pour les témoins qui revivront ainsi un peu de leur jeunesse passée et aussi pour que les générations d’aujourd’hui sachent que même aux jours les plus sombres de notre Histoire leurs aînés n’ont jamais désespéré de la France.

LOUIS BERTEIL, né en 1904, sorti de SaintCyr en 1926, a passé les premières années de sa vie militaire en Afrique du Nord. En 1944, il participe à la campagne d’Italie. De 1945 à 1957, de nombreuses missions militaires le conduisent d’Afrique du Nord au Tonkin. Il est nommé Conseillé militaire à l’OTAN en 1957, puis demande sa mise à la retraite comme général en 1961 . Louis Berteil est l’auteur de nombreuses études militaires, d’un important ouvra f!e d’histoire et de stratégie « De Clausewitz à la Guerre Froide » et d’un récit de la campagne d’Italie« Baroud pour Rome »

Format : 240 x 135 – 242 pages

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “L’armée de Weygand, la chance de la France en 40-42”